La brebis perdue

Connaissez-vous le chapitre Luc 15.1-7 dans la bible? C’est un passage de quelques lignes où le Christ fait une parabole avec la brebis perdue. Quand on lui reproche de recevoir les pécheurs et de manger avec eux, il répond que si un berger ayant 100 brebis venait à perdre l’une d’entre elles, il laisserait les 99 dans le désert pour partir chercher celle qui s’est perdue jusqu’à ce qu’il l’ai retrouvée. Et une fois retrouvée, il la ramènerait joyeux jusqu’à chez lui.

La morale de cette histoire est qu’il y aura de la joie au ciel pour un seul pécheur qui se repend plutôt que pour 99 âmes qui n’ont pas besoin de repentance.

Et c’est la première fois que je cite un passage d’un texte religieux pour parler de jeux vidéos.

J’ai bâti au fil du temps et au prix de recherches minutieuses, une belle collection de jeux vidéos. J’ai plus de 100 jeux répartis sur 14 consoles allant de la Game Boy Pocket à la Xbox 360. Je considère que ma collection est arrivée à maturité, ce qui ne veux pas dire pour autant que je joue énormément, que je dépense énormément d’argent là-dedans (je trouve des jeux à des prix variant entre 0,5€ à 30€) où que je ferais cela toute ma vie. Mais comme j’ai la sensation de vivre plusieurs vies en jouant, je m’amuse et je m’occupe. J’ai rarement envie de jouer à plus de 5 jeux différents sur une même période. En fait, je fonctionne directement sur le principe de la période. Par exemple, en ce moment, je suis dans la période Zelda, et cela faisait plus de 4 ans que je n’étais pas dedans. L’aiguille à fait le tour, maintenant j’y suis revenu, et c’est en ces moments-là que je suis ravi d’avoir couru après tel ou tel jeu de la série, car je n’ai qu’à brancher la Nintendo 64 pour rejouer à Zelda: Ocarina of Time, retrouver ma vieille sauvegarde, voir ce que je n’avais pas encore fait dans la partie et essayer de le faire. Y compris les défis super durs qui demandent de se préparer comme un athlète qui s’entraîne pour une compétition. Dans cette «période», je fais un à un les jeux de la série auxquels je n’ai jamais touché.

Et c’est dans ces moments-là aussi que je me mets à courir de partout si je me rends compte qu’il me manque un jeu, surtout si je l’aime bien. Je laisse tout le reste de ma collection pour partir à la recherche du seul qui me manque. Avec la lampe frontale sur la tête. Oui car beaucoup de ces jeux étaient dans des cartons à la cave où au garage, avant que je ne les remontent au sec chez moi. Et oui c’est fragile les cartouches et les vieilles consoles. Et là c’est le drame… Car tout les joueurs connaissent le coup où on prête un jeu à un pote, qu’on ne revois plus ni l’un ni l’autre. Dans le milieu on appelle cela «endormir un jeu». Et, pas de quoi en être fier, c’est quelque chose qu’on a tous fait.

Mais pour éviter cela, je tiens une liste, remise à jour dès que je prête un jeu et à qui. Je raye la ligne une fois le précieux sésame à nouveau en ma possession. Or là, je tombe dans un cas qui n’arrive jamais. Malgré toutes mes procédures de sécurité, je ne retrouve pas un de mes jeux. Et c’est un précieux. Zelda: A Link to the Past. Ai-je oublié de noter à qui je l’ai prêté? Ai-je égaré le jeu tout seul, comme un grand? Actuellement, je cherche encore et je n’arrive pas à le retrouver. Comme je me mets de plus en plus à chercher dans des endroits improbables (sous les tiroirs du bureau, dans des cartons que je n’ai pas bougé depuis des années, dans d’autres pièces de la maison…) je crois pouvoir déclarer le précieux «porté disparu». Et c’est difficile, car on en reviens à la brebis égarée de Luc 15,1-7. Je laisse mes brebis dans le désert pour aller trouver celle qui me manque. J’ai la boite en parfait état, cruellement vide. Quel dommage, il se trouve en plus que c’est la version Game Boy Advance, donc moins côtée que l’édition de 1993 sur Super Nintendo, mais celle-ci renferme quelque chose d’important: ma sauvegarde.

Avez-vous déjà prêté un jeu Pokémon? Si oui et si cette référence vous dit quelque chose, c’est que vous comprenez la valeur de ce petit fichier de sauvegarde. Si vous rachetez le jeu, il faudra repartir de Zéro. De Zéro bordel. Ce qui veut dire que tout ce qui a été débloqué sur Zelda: Four Swords avec mon ami Louis ne peut pas être retrouvé. Toutes ces heures à explorer les donjons, collecter des rubis, foutre un peu sur la gueule de ses potes pour leur piquer des rubis histoire d’avoir un jeton Triforce d’or en plus à la fin de la partie, pour frimer devant les copains… perdu dans le brouillard, il faut les refaire. Et c’est facile de trouver des copains qui ont encore une GBA et le jeu, n’est-ce pas ?

Je ne sais pas encore si je vais retrouver cette petite cartouche noire à étiquette dorée, où si je ne vais pas craquer et en racheter une quand elle se présentera sur ma route, sachant que sa côte oscille entre 15€ et 60€. En attendant, j’ai recommencé le jeu en émulation, la solution ultime pour préserver son patrimoine vidéoludique. Mais ce n’est pas pareil… Car cette ROM du jeu est vierge, elle n’a pas d’histoire. Pas la magie qu’il y avait quand avec Louis, [Villard de Lans, été 2003] on branchait nos GBA avec le cable link, et on choisissait un donjon sur Four Swords. Ni cette saveur toute particulière quand le soir, au moment où les gens s’assoient dans le canapé devant la télé (…beurk…) j’allais dans ma chambre, me calais sur mon plumard, lumière éteinte, juste ma bouteille d’eau, mon oreiller, ma GBA SP et Zelda: A link to the Past. Rien que de poser ces souvenirs sur le clavier, j’en ai des étoiles dans les yeux.

Un peu comme ce berger quand il retrouve sa brebis perdue.

Sur-ce, où est-ce que je n’ai pas encore cherché, moi ?

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :