[Test] Halo: Reach (Xbox 360)

FPS de Bungie sorti en 2010 exclusivement sur Xbox 360. C’est le dernier opus de la saga par le studio qui l’a crée. La saga se pérennise et son avenir, on le sait maintenant, est assuré. Après tout, il faut bien concurrencer Activision et ses Call of Duty annuels. Mais comparons ce qui est comparable et sans plus attendre, abordons l’un des meilleurs jeux de la Xbox 360.

Histoire de se mettre dans l’ambiance.

Une enquête suivie d’un combat perdu d’avance. Des ennemis que je connaissais sans vraiment les reconnaître. Une ambiance qui force le respect. Ce fut ma bataille, mon expérience sur Reach. Il n’y a pas de problème sans solution, et l’équipe Noble, que je rejoignais, était la solution. Cette équipe portait un nom qui lui correspondait le mieux du monde. Jamais avant je n’ai ressenti cette douce mélancolie, et cette raideur qui se répandait dans mes bras alors que je brandissais ma fidèle arme de poing en direction de ce gigantesque vaisseau d’où venaient ces hordes d’ennemis, les uns prenant sans cesse la place de ceux que je venais a peine de mettre hors d’état de nuire.

Trop lourd était le poids de cette tâche pour les six membres de l’équipe Noble. Ce n’était pas des hommes qui composaient cette unité, mais des Spartans. Et aussi gigantesque pouvait être ce vaisseau qui nous barrait la route, ni moi ni aucun de mes compagnons ne doutions de pouvoir le faire tomber.

Après tout, nous étions six, et ils n’étaient que des milliers.

Ou suis-je ? Qui suis-je ?

Oubliez ce que vous connaissez, oubliez Halo, oubliez le Masterchief pour un moment. Nous entrons avec Halo: Reach dans un monde nouveau. C’est une grande fresque épique à la grecque, de part sa mise en scène et son dénouement. Car de la même façon que l’ouverture d’Antigone, nous connaissons le dénouement de la campagne dès le début. A condition d’avoir joué aux autres jeux de la série.

Le joueur prend dans Halo: Reach un rôle qui est un peu le sien. Noble 6, dont on ne sais rien: ni son visage, ni son caractère, ni son histoire, si ce n’est son nom de code, dernier Spartan envoyé par l’UNSC à rejoindre l’escouade Noble pour remplacer un Spartan “porté disparu”. En effet, le ton est donné dès le début: les Spartans ne meurent pas, ils sont juste portés disparus.

A la façon de certains films culte tels Les douze salopards, De l’or pour les braves, l’équipe Noble est composée de membres au caractère bien trempés et grande première dans la série, à l’exception du N°6, on voit leurs visages.

Le célèbre Masterchief et sa bande ne sont pas de la partie, qui est censée se dérouler à l’issue de Halo Reach. Cela étant, de vieilles connaissances sont présentes.

Y’a un scénario ou on fonce dans le tas sans réfléchir ?

Si le scénario d’un Halo n’est pas la raison pour laquelle on joue au jeu, il est toutefois intéressant si on s’y plonge. L’univers prend place dans une phase ou l’humanité, qui a conquis et colonisé d’autres planètes dans l’univers, fait face à des révoltes multiples. D’une planète à une autre, des groupes d’insurgés se forment. Les covenants sont une menace supplémentaire pour l’UNSC qui vise directement l’humanité, point. C’est pour cela que les Spartans de la Noble Team et le commandement de l’UNSC sont ahuris lorsqu’ils découvrent que les Covenants attaquent Reach. C’est là que (re)commence le conflit, qui semblait calmé depuis des décennies.

Pour ceux qui s’intéressent à tout le background de la saga, qui est vous l’aurez compris bien plus dense qu’on ne le croit, tournez-vous vers les romans qui sont géniaux.

A quoi ressemble une partie de Halo: Reach?

Les fans d’Halo ne sont pas perdus. C’est sur un vaste et long niveau qui rappelle en quelque sorte le premier niveau sur le premier Halo que l’on commence la campagne, par une reconnaissance d’une ferme attaquée par un groupe non-identifié. On ne pouvait pas exactement parler de Halo comme d’un jeu à ambiance, c’est en tout cas évident dans Halo Reach. Sachant que la quasi-totalité de la campagne nous fait traverser des contrées désolées, notre équipe de Spartans surpuissants suffisent à peine à nous rassurer dans ces champs de batailles ou l’on arrive souvent trop tard… A la fois épique et mélancolique, la partition musicale y est aussi pour quelque chose, Martin O’Donnell livrant ici une de ses plus belles compositions.

Une petite parenthèse sur la communauté: Halo Reach est l’un des rares jeux sur console à pouvoir se vanter d’avoir une communauté passionnée autour d’elle. A la façon de Battlefield sur PC, et sa communauté active et créative, Halo possède des fans absolus, et la saga est presque une religion aux Etats-Unis. Comment ça j’exagère? Et les conférences Halo Fest? Et les concours de cosplay (ça me fait mal d’utiliser ce mot, car je ne supporte pas le cosplay, veuillez noter) de dessins, de peinture, les concerts symphoniques, les LANs, les figurines, les LEGO (ah pardon, c’est pas LEGO c’est Megablocks, bref.) et les 4 irréductibles qui avaient décidé de laisser leurs Xbox 1ère du nom allumée en continu pour continuer à jouer à Halo 2 bien après la date officielle d’extinction des serveurs de Microsoft? Sans vraiment le vouloir, il est aisé de penser que l’engouement autour de la saga Halo rappelle celle de Star Wars.

Avec un tel engouement, il convient de graduer la folie des fans. Comme toujours, on passe des “kevin” qui exploitent les failles du jeu pour faire du stat-padding, baserape et autres bassesses, aux petits génies qui passent des heures sur le mode forge pour créer des nouvelles maps, explorer le moindre centimètre carré du jeu, créer des mods… A ce propos, ce qui était vu comme de la triche dans Halo 2 et sensiblement autorisé dans Halo 3 est devenu un mode à part entière dans Halo Reach: la Forge. Par le biais de la Forge, et celui du menu des options, il est possible de créer, inventer n’importe quoi dans Halo Reach! Sauvegardez vos niveaux, jouez-y avec des amis, partagez les via l’espace de stockage interne de votre profil Halo Reach… Clip infini (pas besoin de recharger), jetpack infini, tout est possible. Certains joueurs recréent par exemple les circuits de Mario Kart dans Halo Reach, et la Forge de Reach permet encore plus de choses que dans Halo 3. La folie a du bon, parfois.

En multijoueur:

Un lifting a aussi été fait sur le mode multijoueur. Nous retrouvons donc la totalité des modes de jeux des précédents opus, plus le mode Baptême du feu (Firefight) jouable en local et en matchmaking. Le matchmaking est donc conservé pour l’interface multijoueur. Tant mieux, car cela évite d’utiliser des serveurs de Microsoft qui seront un jour éteint comme ce fut le cas pour Halo 2 Xbox, et tant pis car cela signifie que le ragequit qui paralyse la partie sera toujours si orripilant. Des mesures ont été prises pour pénaliser le ragequit, mais cela ne l’empêche bien sûr pas. Il sera toujours possible de se retrouver seul contre toute une équipe parce que les membre de votre équipe ont quitté la partie, parce que votre équipe est en train de perdre. De bons souvenirs de Halo 3 qui font aimer le mode chacun pour soi! En un mot, le ragequit est le fléau numéro 1 dans ce jeu. Le numéro 2, ce sont ceux qui ne veulent jouer qu’au lance-patate.

En ce qui concerne les grades, pour commencer, sachez que toutes les actions réalisées dans le jeu sont comptabilisées et sanctionnées par des Citations. Commendations dans la langue de Shakespeare. Ces objectifs secondaires comptant les moindres actions réalisées dans le jeu en Campagne solo, en multi ou en Baptême du feu rapportent des crédits permettant d’acheter et de changer dans un nouveau menu nommé Armurerie les pièces d’armure de notre Spartan. Cela va de son casque jusqu’à sa voix! Ce qui veut dire que vous verrez les nouvelles pièces d’armures dans les cinématiques du jeu quand votre personnage sera à l’écran. Cela ne change rien au gameplay, mais on apprécie. Ensuite, ces crédits s’ajoutent, que ce soit en solo et en multi pour faire monter le joueur en grade. Ce qui veut dire qu’il est possible de monter en grade rien qu’en solo! Mais cela ne permet pas d’aller bien vite, naturellement. Et en un mot, tout cela n’a qu’un but esthétique car cela ne change rien au jeu. Il n’y a pas d’armes à débloquer et/ou à améliorer dans Halo Reach.

Les joueurs habitués à Call of Duty regretterons de ne pas pouvoir améliorer leurs armes. Cela étant, la frontière entre les joueurs forts et les autres n’en est que plus visible à armes égales. On aime ou on aime pas.

Passons aux défis quotidiens, l’idée des développeurs pour faire revenir les joueurs. Si votre Xbox 360 est connectée au Xbox Live, que vous soyez membre Gold ou Silver, vous avez droit aux défis quotidiens ou une somme de crédit est octroyée au joueur qui remplit certains objectifs. Ces objectifs sont de type quête de MMORPG pour donner une idée. (Tuer 200 covenants dans n’importe quel mode de jeu, tuer 30 Elites en matchmaking Baptême du feu, Terminer tel niveau en Légendaire sans mourir) ces quêtes… pardon défis sont très répétitifs, toutefois ils permettent de gagner des sommes non négligeables de Crédits.

Et le joueur qui se fout des grades, des crédits et des pièces d’armures pour personnaliser son Power Ranger se sentira libre comme l’air car tout cela est facultatif et ne gène en rien le gameplay! C’est l’identité que s’est forgée Halo depuis le début! Il n’y a qu’à voir les modes de jeu disponible en Live pour voir que tout a été pensé pour proposer aux joueurs soit de jouer dans des matchs hyper-sérieux “l’Arena” ou juste se payer une bonne tranche de rigolade avec le “Multi Team”!

Les armes sont bien?

Toutes les armes typique de la saga ont été refaites. Comme le jeu se déroule avant le premier Halo, on découvrent des pré-évolutions des armes que l’on connaît. On retrouve donc des versions revisitées du Assault Rifle (Halo 1) et du Battle Rifle (Halo 2), le bon vieux Sniper est de retour, toujours aussi maniable, et le fidèle Magnum avec sa redoutable fonction zoom! A ces armes viennent s’ajouter 2 nouveautés, un lance grenade et un marqueur laser pour lancer un raid aérien. Les armes Covenantes ne sont pas délaissées, elles sont même avantagées par l’apparition de nouveautés comme le Répétiteur plasma, le fusil à aiguilles équivalent covenant du BR, un équivalent du laser spartan, et un nouveau fusil de précision. Voilà pour les armes.

De nouveaux véhicules font leur apparition aussi, dont on retiendra le falcon, pré-évolution du Hornet d’Halo 3, mais surtout le Sabre, vaisseau spatial qu’on pilote au cours d’une mission dans l’espace, à la manière d’un X-Wing dans Star Wars: Rogue Squadron! Les covenants ont aussi 2 nouveaux véhicules le Revenant pour concurrencer le Warthog et le Seraph, concurrent du Sabre. Des armes revisitées et des nouvelles, de nouveaux véhicules, que demande le peuple?

Dans le détail

Des environnements variés, le quota d’action virile rempli, un gameplay qui a évolué mais pas trop, on sens que Bungie a fait un best-of dans Halo Reach, une addition de tout ce qu’ils ont fait de bien dans leurs jeux. Ajoutons à cela la prise en charge par Halo Waypoint, pour toutes les statistiques du jeu et les ajouts récents de pack de cartes (DLC payants en plus bien sur…) pour maintenir le jeu à jour, et notamment la résurrection des maps de Halo Anniversary et nous avons l’un de jeux à la longévité la plus prometteuse de la Xbox 360. Si bien sur on regarde sur la durée.

On peut toujours enregistrer les vidéos dans le mode cinéma, et faire des screenshots à partager avec la communauté. L’aspect social de Halo s’est encore amélioré depuis le troisième Opus, et rappelons-le, les développeurs informent par le biais du jeu lui-même les joueurs d’une info à ne pas rater, date de sortie d’un jeu de la série, des packs de cartes, etc. Le jeu est utilisé comme moyen de communication direct.

Il est long ?

La campagne de Halo Reach n’est pas très longue si on regarde la montre. Comme toujours, cela sera en fonction de votre niveau de skill et le niveau de difficulté. Sachez d’ailleurs que Halo Reach est un vrai challenge en mode Légendaire.

C’est votre dernier mot?

Si le jeu est toujours linéaire, avare en boss et si on peut aussi rechigner sur les graphismes, on ne peut que reconnaître le grand travail qui a été fait sur le jeu, autant au niveau du design que de la musique, qui rend ainsi le jeu grandiose. L’ambiance est impeccable, on se sent vraiment porter secours à une planète. Une campagne plus longue aurait été un vrai plaisir. Dans tout les cas, Bungie livre avec Halo Reach un baroud d’honneur qui développe la trilogie Halo dont elle écrit l’introduction à la fois épique et tragique. Ce jeu est un best-of des autres jeux de la série, Halo Wars mis à part car il n’est pas un FPS. Un des meilleurs jeux de la Xbox 360. Le Masterchief va nous manquer avant son retour. Et même si nous connaissons déjà comment va se terminer l’histoire de Reach et de la Noble Team, Bungie crée un univers et laisse assez d’éléments pour faire marcher l’imagination des joueurs pour qu’ils fassent leurs propres conclusions. Poser toujours un peu plus de questions qu’on ne donne de réponses, c’est comme cela qu’on repère les chefs d’oeuvre.


Bien…

  • 6 spartans
  • 1 Planète
  • 1 Baroud d’honneur
  • Des milliards de covenants
  • Le retour du Baptême du feu
  • Le niveau dans l’espace à la Star Wars
  • L’armurerie qui permet de recréer le Masterchief ou n’importe lequel des membres de la Team Noble
  • Le système de crédits qui ne déséquilibre pas les joueurs
  • Le système de défis quotidiens
  • La compatibilité avec Halo Waypoint

Pas bien…

  • Campagne un peu courte mais de qualité
  • Ragequit inévitable, les joueurs sont vraiment chiants
  • En multi on dirait une bataille de Power Rangers
  • Bazooka-Land en Baptême du feu…

Test tapé le 10.05.2012

Musique écoutée pendant la redaction : Battlestar Galactica Season 4 Original Soundtrack

Qu'en pensez-vous?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :